Intervention de Julien Dugnol

séance du 21 juin 2010

Emplois tremplins

L’engagement de notre collectivité dans la création de 1 000 nouveaux emplois tremplins, nous amène a s’attarder quelques instants sur la situation de l’emploi dans notre région.

Dans une période de crise du capitalisme, et alors que :

  • des milliards d’euros sont utilisés pour préserver les intérêts privés et améliorer la rentabilité financière des grands groupes.
  • Que des cadeaux sont accordés aux banques
  • Que le bouclier fiscal est mis en place pour satisfaire aux besoins de quelques amis du président de la république.

Le gouvernement n’apporte aucune réponse à la crise économique et sociale et pire, il est incapable d’agir en faveur de l’emploi.

Notre territoire en est l’un des malheureux exemples, et sa population subit de plein fouet la politique d’austérité que le gouvernement impose.

Les élus du Front de Gauche pense que dans ce contexte, notre région doit jouer un véritable rôle de levier, en appui aux luttes des salariés pour construire une alternative dans les territoires afin d’œuvrer à la sécurisation de l’emploi et des parcours professionnels.

Notre groupe est convaincu que la Région est un lieu pertinent pour, avec les salariés, avec l’ensemble des acteurs concernés, travailler à des réponses constructives aux enjeux de société.

Nous voulons relever le défi, et les emplois tremplins tout comme les contrats d’apprentissage ou encore l’organisation des assises de l’industrie y contribuent.

Il ne faut pas pour autant exonérer l’État de ses responsabilités publiques et sociales dans le territoire.

C’est dans cet esprit que accueillons aujourd’hui la proposition de création de 1 000 emplois tremplins destinés à soutenir le tissu associatif Haut Normand.

Nous sommes, et ca a été dit lors du travail des commissions, très réservés à l’égard de tels dispositifs qui depuis 25 ans, se sont avérés en définitive peu efficace pour enrayer la montée du chômage.

Nous savons même que la promesse d’insertion dans l’emploi est souvent loin d’être tenue notamment chez les associations dont les finances sont toujours très délicates, faute d’une véritable politique nationale volontariste en leur direction.

Pour autant, nous n’entendons rien négliger qui puisse améliorer la situation des Haut-normands.

OUI, le dispositif des emplois tremplins tel qu’il nous est présenté aujourd’hui peu jouer un rôle positif.

Nos associations en ont besoin même si se pose les questions de la pérennité de ces postes ainsi que de leur financement particulièrement pour les petits clubs, quasi exclus de fait, du dispositif.

Car les associations voilà bien longtemps que le gouvernement ne s’y intéresse plus. Au clubs sportifs locaux, gérés par des bénévoles, la droite au pouvoir préfère la marchandisation du temps libre, tellement plus lucrative.

Faute de financement assurés par l’État, les associations sont bien souvent dans une situation économique difficile; et il faudra alors qu’elles déploient beaucoup d’efforts et d’imagination pour conserver ces postes tremplins après les trois années de co-financement.

C’est une question importante sur laquelle nous devrons veiller.

Ainsi, pour notre groupe Front de Gauche, la politique régionale de l’emploi est loin de se résumer aux emplois tremplins mais avec ce dispositif, notre région peut, nous en sommes surs, aider à la création d’emplois et répondre aux demandes du tissu associatif.

C’est en leur donnant un vrai statut et en les accompagnant d’une vraie formation qu’on leur donnera crédibilité et efficacité.